La préparation mentale aide à prévenir les blessures

préparation mentale

 

La blessure fait malheureusement partie intégrante de la carrière du sportif. A ce moment précis, le corps demande du repos. Notre corps peut-être le symbole de l’excellence mais aussi de la débâcle.

 

Quels sont les différents types de blessures :

 

Les blessures musculaires, ligamentaires, articulaires et osseuses.

 

Quels sont les facteurs de risques des blessures ?

 

Il existe trois catégories principales de facteurs de risques :

  • Les facteurs extrinsèques (environnement).
  • Les facteurs évolutifs ou non (sexe, âge).
  • Les facteurs intrinsèques (fatigue, stress, anxiété).

Cependant on ne peut pas réduire la blessure à un de ces facteurs. Elle est le résultat d’interactions complexes. Le sportif doit être perçu dans sa toute sa dimension humaine (vie sportive, hygiène de vie, vie privée, vie professionnelle,etc…).

 

 

Les facteurs intrinsèques :

 

• Le stress : L’étude de Anderson et Williams (1988) met en évidence un lien étroit entre le stress de la vie courante et les blessures sportives. L’athlète augmente son risque de blessure s’il subit certains changements de sa vie privée sans obtenir un soutien social adéquat et sans avoir la capacité de réagir efficacement au stress. De ce fait, les sources de stress dans la vie de l’athlète constituent des indicateurs et, lorsque ceux-ci sont élevés, l’entraînement doit être adapté et s’accompagner d’un soutien psychologique.

• L’anxiété : il est important de différencier stress et anxiété. Ce dernier est un « stress pré-compétitif ». Il a comme particularité d’être soumis à l’interprétation personnelle.Le sportif scénarise la situation. Globalement l’anxiété peut développer chez le sportif la peur de gagner, la peur d’échouer, le perfectionnisme. Ces pensées ont des conséquences sur le comportement du sportif, sur ses actions et peuvent déboucher sur une blessure.

 

 

Les théories stress – blessures :

 

Deux théories scientifiques prouvent les liens psychologiques et physiologiques entre le stress et la blessure.

• La théorie de la rupture de l’attention : Selon Williams et Anderson, l’augmentation du niveau de stress perturbe l’attention de l’athlète en réduisant son attention périphérique et donc diminue l’efficacité du traitement de l’information.

• La théorie de la tension : Selon Nideffer, le stress s’accompagne parfois d’une tension musculaire considérable qui nuit à la coordination et augmente la probabilité des blessures.

 

Comment minimiser l’impact des facteurs intrinsèques ?

 

PERFORMANCE = POTENTIEL – INTERFERENCES

Voici la marche à suivre :

1. Identifier les facteurs intrinsèques interférants (stress, anxiété).

2. Identifier leurs formes (cognitifs, somatiques).

3. Identifier les moments ou évènements stressants.

4. Mesurer leurs impacts sur la performance.

5. Mettre en place une stratégie de coping.

Pour cela voici quelques outils diminuant l’impact du stress et de l’anxiété :

⁃ La méditation Mindfulness.

⁃ Les exercices de respiration.

⁃ L’imagerie mentale.

⁃ Un discours interne positif.

⁃ La fixation d’objectifs.

⁃ La relaxation…

 

Pour conclure :

 

Notre corps et notre esprit son indissociables tout comme nos pensées et nos émotions explique Christophe André. Le corps est une source d’information de notre état mentale et émotionnel. Etre à son écoute est devenu un art de vivre. Le passage entre l’esprit et le corps est emprunté dans les deux sens. Ils ont la capacité de s’auto-réguler mais cela est un apprentissage.