La préparation mentale intégrée on en parle ?

La-préparation-mentale-intégrée-on-en-parle-ou-pas

Chers lecteurs, cette semaine un petit topo sur la PMI.

Quel est ce ” terme technique ” utilisé dans le milieu du sport ?

Quelles sont les intérêts a cette pratique ?

 

1) Definition : 

Elle définit l’optimisation d’une ou plusieurs habiletés mentale au sein d’un entrainement par une situation ou un exercice et ce développe en parallèle d’autres facteurs de la performance (athlétique, technique et tactique). Cet aspect de la préparation mentale permet de l’intégrer dans la méthode d’apprentissage dite globale afin de la placer en dominante dans certaines situations.

2) Pourquoi pratiquer ?

La PMI fixe des repères afin que le joueur puisse anticiper des situations de match a vivre par une construction interne de l’action. Concrètement, de cet “entrainement mental” va découler une analyse interne puis une attitude qui va permettre au joueur d’optimiser sa performance sous différents aspects :

  • Developper l’aspect kinesthésique (sensation des mouvements du corps) afin de travailler le lâcher prise. Cet entrainement permet au joueur de rester concentré sur son jeu sans se focaliser sur le résultat.
  • Optimiser l’utilisation d’une ou plusieurs habiletés mentales adaptées a une situation de forte intensité psychologique (confiance, motivation, concentration…).
  • Limiter le temps entre la prise d’information et la réalisation du geste par l’automatisation et l’ancrage d’une phase de jeu et d’un geste technique. A ce sujet, le travail est réalisé collectivement et individuellement.
  • Ritualisation des gestes dans des temps de préparation (échauffements, vestiaires avant match..). Cette ritualisation optimise la concentration et la confiance de l’athlète.
  • Améliorer les périodes de réathlétisation par un travail d’ancrage via la visualisation. Le joueur peut ainsi “s’entrainer” blessé grâce a la PMI réalisée en amont. L’état psychologique du joueur va jouer sur sa date de retour en séance.
  • Developper la maitrise de l’intensité émotionnelle du jeune joueur afin d’élever cette intensité aux moments opportuns et son contraire pour garder de l’énergie.

Conclusion : 

La préparation mentale est plus ou moins travaillée, cependant des études ont prouvé (Thill, 1997 et Gould et Al, 1999) que l’athlète apprécie, car elle favorise la pratique et exige des niveaux de concentration et d’engagement similaires a la performance en compétition.

ps : Pour certains entraineurs encore douteux de l’efficacité de la préparation mentale, la PMI peut être un argument pour solliciter un expert sans crainte que ce dernier “prenne le contrôle” du joueur ou de équipe. Le coach reste le décideur, le préparateur mental apporte simplement une plus value a la performance de son équipe. 

                                                                                                          Antoine Prud’homme.